shadow
shadow
Voici un témoignage anonyme que nous souhaitons relayer. Notre contact informe la communauté kerkenniens.com de certains éléments liés au développement touristique et immobilier sur l’archipel de Kerkennah et notamment sur le projet Kerkena Paradise qui comme son nom semble l’indiquer, promet une vision paradisiaque de la villégiature au cœur d’un complexe immobilier en cours de construction sur l’archipel.

Un complexe immobilier plein d’ambition

Le projet Kerkena Paradise est l’un des projets immobiliers à valeur touristique de Kerkennah destiné notamment aux tunisiens du continent. Le slogan de la page FB du projet est d’ailleurs très clair : “Adapter notre projet à la réalité tunisienne“. A en croire notre témoin anonyme intéressé “le projet est prétendument écologique, un village avec des investisseurs saoudiens et un concepteur gérant de Kairouan. La brochure est explicite puisqu’elle mentionne des maisons en kit avec piscine pour les femmes, une mosquée, des valeurs d’Islam“.

En effet, il suffit de consulter la brochure pour apprécier le “vivre autrement” que propose Kerkenna Paradise : éco-construction avec panneaux photovoltaïques, architecture métallique, fenêtres PVC, Palma Marina posée sur la cote en surface de l’eau, etc. les espaces communs de baignade semblent privilégier une séparation des deux genres, les hommes et les femmes étant visiblement séparés lorsqu’ils se destinent à une sortie en piscine. La brochure commerciale est explicite comme le montre les photos suivantes.

 Une demande touristique ciblée qui peut poser questions pour Kerkennah

Qualifié de “friendy family resort“, le projet Kerkena Paradise cible un segment de clientèle très précis. A la lecture de la brochure, le concept proposé définit une clientèle à la recherche d’espaces de détente et piscine dédiés aux femmes exclusivement. Il propose en outre un lieu de culte au sein même du complexe immobilier touristique et revendique par ailleurs un mode vestimentaire particulier à en croire les photos de la brochure. En effet, burkini et voile semblent être de mise pour les femmes au sein du Kerkena Paradise.

Sur le plan marketing, Kerkena Paradise déploie une stratégie de niche très claire. Ceci étant dit, comme toute stratégie différenciée, les contours de la “niche” posent quelques questions sensibles.

Si le projet se dit adapté à la demande tunisienne, alors quelle est la réalité de cette demande tunisienne ? Si le projet se dit “friendly family resort“, alors on comprend tout l’intérêt de la piscine comme lieu privilégié de jeu en famille et de partage entre amis. Quel est alors le sens de l’ergonomie des espaces fondée sur la séparation des individus, où le genre devient le critère discriminant ? Que dire alors de l’accès aux plages publiques de l’archipel, telles que définies par la loi tunisienne du 4 avril 2005 ? Selon l’Art. 22. de ladite loi, “l’utilisation privative du domaine public maritime est permise soit sous forme d’occupation temporaire soit sous forme de concession, conformément aux spécificités de ce domaine et aux conditions prescrites par la présente loi“. Nous ne savons pas si le complexe immobilier bénéficie d’une autorisation d’occupation temporaire mais dans l’affirmative, doit-on imaginer Kerkennah morcelée dans ces côtes, en bouts de plages privatives aux conditions d’accès limitées à certaines populations ? Doit-on renoncer à l’accès aux plages pour tous, sans conditions de genre, de tenue vestimentaire en bord de mer et bien entendu dans le respect de l’ordre public ?

Et selon l’Art. 25. de cette même loi, “lorsqu’il y a lieu de réaliser des ouvrages ou des installations fixes dans la mer ou à sa proximité, l’autorisation ne peut être accordée que sous forme de concession fixant notamment la durée de l’occupation et le montant de la redevance.

… que dire alors du projet de Palma Marina construit sur les eaux peu profondes et fragiles d’un écosystème qui fait toute la richesse marine et l’activité de pêche de Kerkennah ?

La loi n° 95-74 du 24 Juillet 1995 est relative au domaine public maritime modifiée par la loi n° 2005-33 du 4 Avril 2005 et la loi n° 95-72 du 24 Juillet 1995 porte création de l’Agence Nationale de Protection et d’Aménagement du Littoral.

 Quel(s) modèle(s) de tourisme pour Kerkennah ?

Enfin sur Kerkenniens on ne peut pas ne pas interroger les effets de cette stratégie de niche et les signaux envoyés à la demande touristique internationale. En effet, si tant est que l’archipel, le gouvernorat de Sfax et les pouvoirs publics nationaux souhaitent soutenir un large rayonnement de ce joyau tunisien de méditerranée, alors comment appréhender les conséquences du choix pour l’archipel de développer un tourisme communautaire ?

Comments

  1. Piero    

    Il faut faire sponsoriser ce site par Gillette (et pas Glibette). Kerkennah Residence NON. KERKENNAH DOIT RESTER AUX MAINS DES KERKENNIENS. cet écosystème SUBLIME est si fragile. Trop de libertés, générosités et singularité dans ses traditions ancestrales. Kerkennah surprend aussi par la curiosité de ses habitants. Sauvez Kerkennah ! Partagez. Commentez.

    1. Mehdi Kachouri    

      Piero, Gillette bonne idée, et plus sérieusement écosystème est fragile et Kerkennah mérite de garder son ouverture d’esprit et de cœur et non le réflexe communautaire que certain voudrait lui imposer !

  2. Mounir    

    Bonjour, je connais quelqu’un qui a rencontré le promoteur du projet de l’hôtel Farhat kerkennah, et lui a expliqué les raisons de son désistement pour le projet kerkennah paradise et il a répondu que lui aussi est nahdhaoui. ( pas de chance). Pour mon ami investisseur, il est hors de question de financer un projet “nahdhaoui”. Pas de commentaire à faire de plus.

    1. Mehdi Kachouri    

      Merci Mounir pour ce témoignage fort intéressant.

  3. Assia    

    Je pleure sur mon île et sur ce qu’on veut en faire

    1. Mehdi Kachouri    

      Assia votre peine est partagée. Kerkennah est un joyau qui est fait pour être apprécié de tous dans la tradition kerkennienne d’accueil et d’ouverture.

  4. M'hamed-ali    

    Qu’on nous fiche la paix une bonne fois pour toute.Saoudiens ou autres émirats du Golfe cherchent à s’enrichir et s’en mettre plein les poches.Qu’ils gardent leurs traditions dans leurs pays s’ils en sont contents mais qu’ils n’exportent pas dans notre pays toutes leurs conneries avec cette éternelle séparation des hommes et des femmes.Kerkenah est une île magnifique et c’est à ses femmes et hommes de la prendre en charge pour la développer et la rendre attrayante.Méfions-nous de tous ces vendeurs de vent qui,loin de nous aider,nous enfoncent un peu plus dans la mélasse!

    1. Mehdi Kachouri    

      M’ahmed Ali, merci pour votre coup de gueule qui montre combien la culture kerkenienne est mal comprise des investisseurs voire pire non respectée. Les kerkenniens de cœur sont invités à réagir avec votre message.

  5. M'hamed-ali    

    Voici ce que m’a inspiré un récent séjour sur cette île:”…Un court séjour à Kerkenah il y a un an m’a laissé une impression d’île abandonnée, pourtant habitée. Palmiers agonisants, sol laissé en friche sans aucune tentative de réhabilitation, pêcheurs désespérés vivants dans la crainte de l’expansion de l’activité des compagnies pétrolières devenues au fil des ans maîtresses des lieux. Sans sombrer dans le pessimisme, j’ajoute à ce sinistre tableau les poubelles à ciel ouvert, les ports de pêches jonchés de toute sorte de détritus et les constructions dites modernes éparpillées sur toute l’île. La population est très consciente de l’état de délabrement de l’île mais semble soumise à une sorte de fatalisme et d’attente d’une action qui viendrait d’ailleurs.
    Des possibilités d’améliorations diverses de l’état de cette île existent pourtant: réhabilitation des sols(c’est possible !) dans les zones où la concentration de sel se trouve réduite avec une possibilité de mettre en place une activité agricole locale assurant une auto-suffisance alimentaire; la réalisation d’élevage d’agneaux broutards sur sol salé à l’image de l’élevage des « près salés » de Baie de Somme en France ;le développement du tourisme écologique, les gîtes et le logement chez l’habitant dans une île où une multitude d’oiseaux font des haltes régulières.”

    1. Mehdi Kachouri    

      M’hamed-ali merci pour ce regard réaliste critique et aussi pour votre message d’espoir. Vos propositions sont très intéressantes pour Kerkennah telle que nous sommes nombreux à l’imaginer et à l’espérer dans les 10 ans qui viennent.

  6. Weg    

    L’écosystème kerkennien est fait d’eau, de poulpes, de palmiers et d’habitants chaleureux et fiers de leur Ile, si fiers qu’ils en sont accueillants, ouverts et généreux.
    Ce patrimoine doit demeurer par delà les intérêts de quelques uns qui sous couvert d’arguments détournés s’enrichissent au détriment de ce bien commun qu’est Kerkennah !

    1. Mehdi Kachouri    

      Kerkena paradise prend à son compte la légende selon laquelle en créant le paradis, Dieu en aurait jeter quelques morceaux sur terre faisant de Kerkennah le paradis des Hommes… En cela Weg vous avez raison, Kerkennah est un bien commun qui doit être préservé

  7. zalila    

    Lorsque j’ai lu , ce printemps, le projet du promoteur, j’ai tout de suite pensé à une invasion extérieure..Kerkennah n’a pas besoin de luxe et de “bling..bling”..pour être belle..c’est dans cette discrétion que réside son charme, sa beauté et son élégance.. Déjà j’ai été écoeurée de voir ces villas inhabitées coloniser El Jibli..( dont l’une appartenant à un ex PDG d’Air France, pour l’amour de son père qui y avait enseigné) . Jeunes, mon père nous y emmenait..on ramassait des huîtres, on allumait un feu sur le sable,un petit grillage par dessus..et on les mangeait….et depuis cette occupation, les femmes ne pouvaient plus laver les peaux de mouton de l’Aïd(entre autre).. ..Kerkennah est d’abord un lieu où vivent les kerkenniens, et non une réserve pour touristes en quête d’exotisme…Cet écosystème ne doit pas disparaître et ses habitants devenir des salariés de groupes industriels étrangers..Si projet économique il y a, il faut qu’il soit fait en concertation avec eux, après consultation des habitants, hors responsables politiques ou financiers…il est urgent de préserver sa culture, son histoire, son patrimoine…en un mot son âme…Si les saoudiens et comparses veulent “un harem” pour leurs femmes, qu’ils aillent le construire chez eux…ce n’est pas la mer et les plages qui manquent dans leurs pays..On peut même leur envoyer une photo d’une femme, toute habillée,aux grosses fesses , cheveux couverts selon leurs traditions grotesques qu’ils pourront institutionnaliser à leur gré, sauf s’ils veulent une île-prison qu’elles ne pourront quitter..Peut-être est-ce leur véritable intention!!!…..

    1. Mehdi Kachouri    

      oui Zalila, l’âme de Kerkennah est sacrée. Elle mérite d’être préservée des assauts des touristes et autres investisseurs en croisade qui n’ont rien compris au secret de Kerkennah, sa splendeur sauvage, sa nature profonde.

  8. Nadi    

    Si réellement c’est l’issue escomptée, s’en est finie de la tranquillité et sérénité de l’île !
    Lorsque l’on part sur l’île c’est pour se reposer, se ressourcer.
    Voir ces fantômes en robes noires et barbus imposants se l’approprier, quelle horreur !!!!

    1. Mehdi Kachouri    

      Nadi, oui l’indifférence n’est jamais souhaitable. C’est ce que Kerkenniens.com tente de partager.

  9. Nadi    

    C’est grave !!!! L’île va perdre de son attrait, on ne peut pas laisser faire !

    1. Mehdi Kachouri    

      Nadi que suggérez vous pour ne pas laisser faire ?

  10. Feriel    

    La résistance passe par la présence de tous ceux qui aiment Kerkennah et sa liberté de vue !

    1. Mehdi Kachouri    

      Fériel c’est une action possible. Aller a Kerkennah, investir et partager avec les kerkenniens la richesse et la beauté naturelle de l’archipel sans chercher à la modifier.

  11. Ismail    

    …Partager avec les kerkenniens et tous les tunisiens fiers de leur patrimoine national !

  12. Heni    

    ça y est, après avoir démoli la Tunisie, le wahhabisme s’installe à Kerkennah. Il veillera, certainement à introduire le chaos et l’extrémisme à Kerkennah, terre de paix connue pour son esprit communautaire, très connu pour les insulaires, partout dans le monde. Chez nous à Kerkennah, les femmes ont toujours occupé un rôle très développé dans la société et la femme a été toujours respectée pour ses réalisations dans son foyer mais également dans l’agriculture et parfois même dans la pêche. Nos femmes ont toujours joui de la confiance de leur mari et leurs enfants; elles n’ont ni besoin de limites imposées ni de gardiens; elles sont souvent capables de gérer la vie de leur famille totalement, en l’absence de leur mari, employé dans le secteur de la pêche. Vouloir nous séparer en introduisant des habitudes d’exclusion, importées par des pays vivant à l’aire de l’obscurantisme, ne nous ressemble pas; au contraire il va nous déraciner et introduire des habitudes qui nous sont étrangères. Soyons vigilants pour éviter la transformation de nos qualités.

  13. Mosbah Mawaheb    

    La résistance implique le boycott de l’achat au sein de tels projets inappropriés et contraires aux valeurs de mixité qui ont toujours prévalu á Kerkennah

  14. Mosbah mawaheb    

    La lutte contre de tels projets d’un tourisme communautaire altérant l’environnement passe aussi par le boycott de l’achat de ces maisons.

  15. salma F    

    Bonjour,on y était l’année dernière,en décembre avec mon mari et un couple d’amis et on a visité ce complexe. à l’heure de la prière notre interlocuteur, un tunisien qui vivait au states d’après lui, nous a laissé pour aller prier.il m’a dit que dans sa jeunesse il a tt essayé, après au states, Dieu lui a montré le bon chemin..je lui ai dit que nous on est encore en phase “tout essayer” et on compte le rester.après je lui ai demandé si on allait servir l’alcool au resto?il m’a dit que non et que si il le pouvait, il interdirait même le tabac.il m’a par contre dit que leur bureau est à sousse, pas a kairouan. et que tout venait de la turquie, tout, même au plus petit clou, même le thé qu’on nous a servi…

  16. Manel    

    Que pouvons-nous faire à part dénoncer sur les réseaux sociaux? Ce n’est pas cela qui va sauver le patrimoine des îles Kerkennah. L’Etat étant absent, c’est la société civile qui doit bouger. Il y a un grand nombre d’associations dédiées à la préservation du patrimoine de Kerkennah mais les actions ne se font pas voir, les membres actifs ne sont pas nombreux. On est condamné à voir notre patrimoine disparaître petit à petit…

  17. joujou    

    Je penses qu’il ne faut pas se précipiter dont les conclusions rapide et la paranoïa de masse!!! Je ne peux pas m’empêcher de me dire que si c’était des européens qui viendraient avec leurs mini jupe et open bar ça poserai pas autant de méfiance ! ! Et croyez moi je vous dis ça je ne suis ni voiler ni rien du tout c’est juste que des je trouve qu’on est trop influencé par les médias et autre. C’est pas parce qu’il y a un complexe de ce genre qu’ils vont tous débarquer par milliers et tout s’approprie et puis n’oubliez pas que nous sommes des kerkenniens avec notre fort tempérament et notre complicité insulaire. Kerkennah est à nous et sera toujours à nous

    1. Ines    

      Il est vrai Joujou que l’arrogance peut s’habiller en burka et aussi en minijupe ! La question que semble poser l’article est de savoir quels touristes les Kerkenniens souhaitent ils accueillir sur leur bel archipel.

  18. Seif Mechti    

    Sauver le patrimoine …sauver le patrimoine …est ce que quelqu un a reflechi a sauver la mentalite…sauver le patrimoine passe necessairement par l ouverture sur le monde et sur des projets bien etudiés…il faut vivre a kerkennah les mois de decembre janvier et fevrier …ensuite vous allez comprendre le probleme …le vrai probleme des kerkeniens…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *