shadow

.Qu’est-ce qu’un déchet ? Entre objectivité et subjectivité

Savoir ce qu’est un déchet peut paraitre une question étrange. Et pourtant ! Savez-vous définir ce qu’est un déchet ? Le droit s’empare du sujet comme beaucoup d’autres domaines. La question navigue entre objectivité et subjectivité. Mais à bien y réfléchir, derrière le déchet se cache un trésor…

Objectivité : Ce que dit le droit sur le statut du déchet

Partons d’une définition simple dans le dictionnaire. Le déchet est défini comme la “perte qu’une chose subit dans l’emploi qui en est fait“. On parle aussi de résidu inutilisable. Ainsi un débris, un rebus, une ruine, ou une épluchure, sont des synonymes proposés dans le dictionnaire. Étrange, quand on sait qu’avec un débris ou une épluchure on peut en faire un usage nouveau différent. Examinons de plus près la question !
Jeter à la poubelle ce qui peut nourrir : Pain & Gallitte (Kerkennah Juillet 2023)

Jeter à la poubelle ce qui peut nourrir : Pain & Gallitte (Kerkennah Juillet 2023)

Statut juridique du déchet

Par exemple, en Europe, le déchet dispose d’un statut juridique. Il est défini comme « toute substance ou tout objet dont le détenteur se défait ou dont il a l’intention ou l’obligation de se défaire ». Ainsi, si vous vous défaites de votre dernière paire de chaussures, alors elles sont considérées juridiquement comme un déchet. A l’inverse, si vous les laissez dans un coin sans vous en défaire vraiment, il s’agit simplement d’un bien stocké. En revanche, si vous les laissez à l’abandon, comme tout objet mobilier égaré sur la voie publique, ces chaussures deviennent une épave, un déchet. Dès lors que le détenteur se libère de son droit sur le bien, sans autre destination, le bien perd son emploi aux yeux de son détenteur qui alors le définit comme un déchet.

Le déchet en Tunisie : un cadre règlementaire de gestion et d’élimination des déchets

Nombreux sont les pays qui règlementent les déchets du point de vue de la gestion et du traitement. La Tunisie, par exemple, définit le cadre réglementaire de la gestion et de l’élimination des déchets. La loi n° 95-34 du 17 avril 1995 fixe les principes, les responsabilités et les procédures concernant 5 points de la vie d’un déchet.
La prévention des déchets : consommer autrement

La loi encourage la réduction à la source. Elle promeut aussi la réutilisation et le recyclage des déchets afin de limiter la quantité de déchets produits.

La responsabilité élargie du producteur : produire avec un impact positif

Les producteurs de certains types de produits produisent aussi des déchets. Ils sont tenus de prendre en charge la gestion des déchets qui résultent de leurs produits. Ils sont responsables de leur collecte, de leur traitement et de leur élimination.

La collecte et le transport des déchets : une chaine d’interdépendance

La loi établit des règles et des normes pour la collecte et le transport des déchets. Les exigences concernent l’équipement, la formation du personnel et le suivi.

Le traitement et l’élimination des déchets : penser positivement à la conséquence de nos actes

La loi réglemente les différentes méthodes de traitement et d’élimination des déchets. Elle met l’accent sur la protection de l’environnement et la santé publique.

La responsabilité des autorités locales : une régulation nécessaire

Les autorités locales sont responsables de l’organisation et de la coordination de la gestion des déchets à l’échelle locale. Elles sont tenues de veiller à la mise en place de systèmes de collecte appropriés. Elles ont la responsabilité de faire des actions de sensibilisation du public.

En 2008 la Tunisie crée l’Agence Nationale de Gestion des Déchets (ANGED). Cet opérateur public est chargé de la mise en œuvre de la politique nationale de gestion des déchets. Il est en charge de la coordination des activités des différents acteurs impliqués.

Quand le déchet sort de son statut de déchet : recyclage et économie circulaire

Depuis une dizaine d’années, on voit apparaitre de nouvelles règlementations qui permettent de faire sortir le déchet de son statut de déchet. Il s’agit de lui redonner un usage qui lui permet de ne plus être considéré comme déchet. C’est le principe même du recyclage et de l’économie circulaire.
A l’échelle européenne par exemple, une directive cadre sur les déchets 2008/98/CE modifiée par la directive 2018/851/CE prévoit les conditions de sortie du statut de déchet :
  1. La substance ou l’objet est utilisé à des fins spécifiques
  2. Il existe un marché ou une demande pour une telle substance ou un tel objet
  3. La substance ou l’objet remplit les exigences techniques aux fins spécifiques et respecte la législation et les normes applicables aux produits
  4. L’utilisation de la substance ou de l’objet n’aura pas d’effets globaux nocifs pour l’environnement ou la santé humaine

Valoriser le déchet : principe de l’économie circulaire et du recyclage

On comprend que le cadre juridique accompagne la volonté politique de valoriser les déchets et de proposer de nouveaux modèles économiques avec une empreinte environnementale plus vertueuse, du moins en intention.
Jeter à la poubelle : Bouteilles de bière (Celtia) consignées (Kerkennah Juillet 2023)

Jeter à la poubelle ce qui peut re-servir : Bouteilles de bière (Celtia) consignées (Kerkennah Juillet 2023)

L’économie circulaire est un concept économique qui vise à optimiser l’utilisation des ressources et à réduire au minimum la production de déchets. Elle s’oppose au modèle traditionnel de l’économie linéaire. Dans ce modèle économique classique, les matières premières sont extraites, transformées en produits, puis utilisées et finalement jetées en tant que déchets. On reconnait là le modèle industriel sur lequel le monde entier est organisé.

Créer un système où le déchet est une ressource : le mythe de la vie éternelle ?

Dans une économie circulaire, comme son nom l’indique tout circule en boucle fermée. Le modèle se distingue du modèle industriel classique. Les matériaux, les produits et les ressources sont conçus de manière à pouvoir être réutilisés, réparés ou recyclés à la fin de leur cycle de vie initial. Serait-on dans le mythe de la vie éternelle ?
L’objectif est de créer un système où les déchets deviennent des ressources pour de nouveaux processus de production. Cela permet de réduire la demande de nouvelles matières premières. On parle de “flux circulaires”. Kampelmann  (2016) les définit comme “des flux matériels qui ne connaissent ni un début ni une fin : lorsque un processus « se sépare » d’une matière, elle est ensuite « consommée » par un autre processus.”

6 raisons possibles de faire de nos déchets, une ressource

Cette démarche de circularité des ressources présente plusieurs intérêts :
  • La prévention de la production de déchets
  • La réduction de la consommation de ressources
  • L’allongement de la durée de vie des produits
  • La réparation et la remise à neuf
  • La réutilisation
  • Le recyclage par la valorisation des déchets (Relire notre article sur Recyclage d’une bouteille en verre, nouvelle vie pour les déchets)
Redonner vie a ces cinq bouteilles de bière (Celtia) consignées (Kerkennah Juillet 2023)

Redonner vie à ces cinq bouteilles de bière (Celtia) consignées (Kerkennah Juillet 2023)

Subjectivité : Ce que tu considères comme un déchet, je le considère comme une opportunité

Nous nous promenions sur les chemins de Kerkennah quand notre regard s’est arrêté sur le contenu d’une poubelle. Nous nous sommes surpris à constater la quantité de pain, gallite, et autres desserts jetés. Ce que tu considères comme un déchet, je le considère comme une opportunité altruiste !
Jeter à la poubelle : Makrout aux dattes (Mekroud aux dattes et miel) prix 5,200 TND (Kerkennah Juillet 2023

Jetés à la poubelle par celui qui a trop mangé ou trop acheté : Makrout aux dattes (Mekroud aux dattes et miel) prix 5,200 TND (Kerkennah Juillet 2023

Fidèle à notre engagement vis-à-vis du vivant nous avons alors décidé de retirer de la poubelle tout déchet alimentaire exploitable pour le donner aux chiens errants affamés de Kerkennah. Nous avons trouvé un trésor ! Il y avait du pain, des gallites et même une boite de Makrout aux dattes (Mekroud aux dattes et miel).

Oui nous avions l’air de clochards fouillant les poubelles !

En effet, nous faisions les poubelles. Ignorant notre motivation, n’importe qui nous aurait pris pour un clochard. En conséquence, si par hasard, vous nous croisez sur votre chemin, la tête dans les poubelles, voici les raisons pour lesquelles nous fouillons les poubelles :

  1. Éviter le gaspillage alors que des êtres vivants meurent de faim
  2. Transformer des déchets organiques en ressources utiles pour le sol
P'ti loup errant affamé nourri au pain et autre déchet alimentaire trouvé dans la poubelle

P’ti loup errant, affamé, nourri au pain et autre déchet alimentaire trouvés dans la poubelle

La notion d’impact vertueux

En adoptant le principe de l’économie circulaire nous contribuons à répartir autrement les ressources. L’impact est vertueux car il permet de :

  • Réduire ainsi la pression sur l’environnement
  • Stimuler l’innovation à impact durable
  • Créer de nouvelles opportunités
  • Favoriser la durabilité à long terme

C’est une approche qui vise à repenser fondamentalement notre système économique. L’objectif est de minimiser l’impact environnemental tout en maintenant une forme repensée de prospérité économique.

Comme nous le disait un ami à l’écoute de notre histoire de poubelle, “le jour où ils auront faim ils le regretteront“. Alors ne jetons plus nos “déchets”. Voyons-les comme des opportunités pour nourrir un animal affamé, nourrir un sol appauvri, enrichir un arbre ou transformer un vieux t-shirt en un nouvel usage qui permettra de réduire la consommation d’autres ressources.

 Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.
Sources exploitées
Kampelmann, S. (2016). Mesurer l’économie circulaire à l’échelle territoriale: Une analyse systémique de la gestion des matières organiques à Bruxelles. Revue de l’OFCE, 145, 161-184. https://doi.org/10.3917/reof.145.0161
https://www.ecologie.gouv.fr/differentes-categories-dechets
ANGED : Agence Nationale de Gestion des Déchets. http://www.anged.nat.tn/cadre-reglementaire-et-institutionnel.html.

A propos de l'auteur...

Mehdi Kachouri

Fondateur du site, Kerkenniens dans l’âme et passionné des iles de Kerkennah. Sans trop de chichi ni de paillettes, j’ai ouvert cet espace car depuis son origine, je souhaite pointer les beautés mais aussi les désastres de Kerkennah. Je vous invite à me suivre dans mes échanges si vous le souhaitez.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *