shadow
Dégradation alarmante de Kerkennah
5 (100%) 5 votes
Mounir Zalila œuvre avec ses sœurs et son frère à perpétuer l’attachement à la culture de leur père, feu Naceur Zalila, aux côtés des acteurs éducatifs de l’archipel et de kerkenniens.com. Il nous confie ses états d’âme sur Kerkennah et sa dernière visite. Nous le remercions pour ce cri du cœur, encore un, pour lequel nous espérons vivement que tous, citoyens et institutions publiques et privées s’unissent pour agir en ce 21ème siècle dit de la modernité et du “développement durable”. Découvrez ici quelques constats qui méritent d’interpeller les consciences et appeler aux actes responsables de toutes et tous.

 Je reviens de Kerkennah

Chaque visite et chaque séjour à Kerkennah, aussi courts soient-ils, sont uniques, toujours différents des précédents mais toujours avec les mêmes rituels, rythmés par l’arrivée et le départ du Loud. Parti un jeudi à 12h30 et revenu le dimanche d’après par le bateau de 09h30, le séjour de moins de 72 heures a permis de revoir ses amis qui ont choisi d’y résider à leur retraite jouant à la pétanque chaque après-midi, les inévitables courses sur place afin de contribuer à l’économie locale, la sortie des écoles sans oublier la traversée des villages où règne une activité de plus en plus fiévreuse : circulation des bus, autos, motos et vélos, bâtiments en construction…

Le bassin fermé des Louds en bas à gauche de sfax (Tunisie) Google Earth

Le bassin fermé des Louds en bas à gauche de sfax (Tunisie) Google Earth

Pour cette fois-ci un constat retient toutefois l’attention celui de la dégradation alarmante de l’environnement, donc du milieu naturel de l’Ile et des travaux d’infrastructures, réalisés ou en cours.
Pour ce qui est de l’environnement, le laisser-aller, rampant depuis quelques années, s’est institutionnalisé depuis. Déjà au départ de Sfax, dans le bassin accueillant les Louds, des déchets de toutes sortes et en premier lieu les bouteilles de plastique, ne permettent même plus de voir la surface de l’eau tellement ils se sont agglomérés en l’absence d’entretien et de courant marin. A bord du bateau, inutile de parler des conditions d’hygiène qui y règnent, dans les toilettes, sur le pont, dans la salle, où certains passagers se permettent d’occuper des banquettes entières pour s’y allonger avec leurs chaussures et puis le “bar” à café…

A l’arrivée au village de Ouled Yaneg, le paysage avec cette baie de Sidi Salem, en dépit de certaines constructions, demeure toujours aussi romantique. Vue de plus près avec la construction d’un pseudo quai en état de délabrement, l’on voit, là aussi, une accumulation de déchets, amas d’algues et sédiments. Faute de nettoyage régulier, il s’en dégage une odeur pestilentielle. Quelle déception au souvenir de celui qui y venait, à son jeune âge, s’adosser à un palmier et parcourir, un livre ou une bande dessinée !

 

Sidi Salem Ouled Yaneg Kerkennah

Sidi Salem Ouled Yaneg Kerkennah

 Un cri d’alarme

La fragilité de l’île exige qu’une campagne de propreté soit lancée en parallèle avec une campagne de sensibilisation, notamment des visiteurs et passagers qui laissent sur place ou jettent leurs menus déchets et emballages. Des panneaux d’information devraient être visibles dès l’embarquement et d’une manière régulière le long de la route et dans chaque village.

Un amoncellement de déchets (Kerkennah - Tunisie)

Un amoncellement de d̩chets (Kerkennah РTunisie)

Pour ce qui est des infrastructures l’on constate les travaux d’élargissement du pont d’El Kantara, devenus urgents en raison de l’intensité du trafic routier, et la relève des câbles électriques dont l’installation était plutôt anarchique avec tous les dangers qu’ils représentaient. Un de ces câbles s’est même rompu pour tomber sur une maison avec la panique que l’on peut imaginer.

Que l’on s’inquiète des infrastructures à Kerkennah est rassurant. Il reste toutefois à demeurer vigilant notamment en ce qui concerne les constructions anarchiques. Elles avaient proliféré profitant du vide institutionnel qui a régné des années durant.
Ceux soucieux de leur Île, certainement tous les kerkenniens, ainsi que leurs amis et sympathisants devraient se mobiliser afin que Kerkennah puisse garder son charme et toute son attractivité.

Kerkenniens.com relaie naturellement ce cri d’alarme et cet appel à mobilisation pour une sensibilisation au respect de l’environnement et aux dangers de la pollution sous toutes ses formes. C’est aussi un appel au citoyen pour alerter le Politique de l’importance de l’urbanisation intelligente et respectueuse des engagements de développement durable. Rappelons l’adoption de l’agenda 2030 par la Tunisie qui apporte sa propre contribution en participant entre autres, à l’initiative relative à la « ville et communauté durable ».

A propos de l'auteur...

Mounir Zalila

Consultant international en développement et chroniqueur du magazine Le Manager, jaloux, comme beaucoup, pour son pays et soucieux du futur des jeunes qui sont l'avenir de notre belle Tunisie. Engagé socialement, il se consacre à contribuer modestement à l'essor de Kerkennah, son île à laquelle il demeure très attaché à travers le soutien aux jeunes et à la protection de son fragile écosystème.

Comments

  1. Malek    

    Ce n’est un secret pour personne: notre chère île souffre, elle souffre en silence sous les tas de déchets.
    La faune et la flore à Kerkennah sont en danger et sans une prise de conscience concrète, certaines espèces animales et végétales disparaîtront à jamais.
    Préserver l’île doit être la responsabilité d’une part des habitants, premières victimes delà degradation de son écosystème, et d’autre part les gens qui s’y rendent pour différentes raisons.
    En tant que kerkennienne, soucieuse et inquiète sur l’avenir de l’île, je pense qu’instaurer une taxe écologique pourrait être une des solutions. Les fonds récoltés serviront uniquement à financer le nettoyage de l’île: recrutement de personnes, achats de matériels ….
    La préservation de Kerkennah est NOTRE affaire à tous.

    1. Mehdi Kachouri    

      Malek, tu as raison la prise de conscience est indispensable pour agir. Mobiliser des ressources pour nettoyer est un premier pas. Dans l’idéal, supprimer les causes du nettoyage relève de l’éducation et de la discipline donc du contrôle…

      1. Mounir Zalila    

        Nous disposons de plusieurs associations quelques peu en léthargie. Faisons bouger les choses en les réactivant pour différentes actions. L’argent n’est jamais un problème. Avec l’appui des Kerkenniens de part le monde, leurs amis, les amoureux de Kerkennah, les agences internationales de coopération, lancer un cagnotte… il est possible de récolter suffisamment de fonds pour une action de nettoyage d’envergure sur toute l’Ile, la sensibilisation et sa pérennisation.
        Instaurer une taxe prend du temps et n’est pas toujours bien accueilli.
        Si nous avons la volonté et le souffle suffisant nous pouvons agir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *