shadow
5/5 - (3 votes)
Nous vous présentons un article de Monsieur Seif KAROUI lors de son dernier passage aux iles de Kerkennah. Il lui est venu l’envie d’écrire ces quelques lignes que Kerkenniens vous retranscrit telles quelles.. je tiens à remercier Monsieur Seif KAROUI pour son partage et nous espérons en lire d’autres. Bonne lecture à tous.

L’ÎLE OUBLIÉE

Kerkenah, jadis repliée car jalouse de sa virginité, expose de nos jours son charme envoûtant. Elle s’ouvre à un tourisme intelligent. Le concept de maisons d’hôtes offrant un tourisme écologique de dimension humaine sied merveilleusement à ses habitants soucieux de la protection de leur eden.

Citée par Hérodote en 450 av JC sous le nom de Kyranis, l’ile prend l’appellation Libyco romaine de Cercina avant de devenir définitivement Kerkenah à partir de l’invasion arabe au XVII ème siècle après JC.

L’ile est située à une vingtaine de kilomètres de SFAX. Pour l’atteindre, il est impératif d’emprunter un ferry qui nous dépose sur les rivages de l’ile au bout d’environ une heure et demi de navigation. Nous sommes arrivés à Kerkenah par une belle matinée ensoleillée mais fraiche. En quittant le débarcadère, nous avons laissé derrière nous le tumulte d’une foule bruyante et bigarrée s’agitant dans tous les sens pour vaquer à ses occupations. Nous avons emprunté l’unique route qui s’offrait à nous: la route de Sidi Youssef. Au fur et à mesure que nous nous enfoncions dans la palmeraie et que nous nous approchions de notre destination, un silence majestueux et sidéral nous enveloppa. Bien qu’il fût par moment entrecoupé par le cliquetis des vaguelettes échouées au bord du rivage, le cri des mouettes venant picorer les mollusques en bord de mer ou le grésillement des criquets, nous avions le sentiment d’être transportés hors du temps, ce temps qui a suspendu son envol. Nous sommes descendus de voiture pour écouter le silence et humer à pleins poumons l’air iodé : tout était douceur, calme et volupté ensorcelants. Coupés du monde, nous goûtions à une sérénité enfin atteinte ou presque. C’est en effet le soir en contemplant le coucher de soleil que nous fûmes comblés par le spectacle époustouflant à l’horizon du soleil rouge incandescent plongeant dans une mer rendue flamboyante par son reflet.

Ce spectacle féerique était agrémenté de petites felouques éparpillées sur la surface de l’eau éclairées par des lanternes qui faisaient d’elles des points lumineux à mesure qu’elles étaient englouties par l’intense obscurité de la nuit. L’ile de Kerkenah est accueillante, ses habitants sont affables et avenants. Elle est le refuge des opprimés. On y aurait vu pour la dernière fois Hannibal fuyant les romains avant de s’exiler à Antioche où il mourût. C’est aussi sur l’ile que le combattant suprême a fait escale avant son périple au moyen orient dans sa quête de soutien pour notre pays et puis enfin elle a enfanté Farhat Hached, grand syndicaliste tunisien, militant nationaliste de la première heure et martyr de la guerre d’indépendance. Kerkenah, ile de pêcheurs qui continuent à utiliser une technique ancestrale de pêche: “la charfya”, est réputée pour ses fruits de mer et ses poissons.

Nous nous sommes régalés par la cuisine kerkenaise en particulier les différents plats mijotés à base de poulpe. Notre hôtesse Monia, une dame dynamique et sympathique s’est surpassée pour satisfaire nos envies gastronomiques. Nous avons quitté Kerkenah après un séjour de rêve. Nous sommes retournés chez nous l’esprit reposé, la tête foisonnant de souvenirs inoubliables avec la promesse faite à notre hôtesse de revenir dès que l’occasion se représentera.

Seif KAROUI

Les photos de voyage : Kerkennah

Pour agrémenter son texte Seif KAROUI nous a fait parvenir ces quelques photos que vous pourrez apprécier en lisant son texte…

 

 

Seif KAROUI profitant pleinement de son séjour à Kerennah…

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

A propos de l'auteur...

Mehdi Kachouri

Fondateur du site, Kerkenniens dans l’âme et passionné des iles de Kerkennah. Sans trop de chichi ni de paillettes, j’ai ouvert cet espace car depuis son origine, je souhaite pointer les beautés mais aussi les désastres de Kerkennah. Je vous invite à me suivre dans mes échanges si vous le souhaitez.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.