shadow
Kerkennah, un archipel de Méditerranée qui séduit les expatriés
5 (100%) 1 vote
Nous rendons hommage depuis 5 ans aux Kerkenniens qui oeuvrent pour l’archipel. De nombreuses rencontres et de riches échanges nous ont été offerts pour partager avec la communauté Kerkenniens.com, les initiatives de toutes celles et de tous ceux nés Kerkenniens. Nos articles racontent ainsi les héros Kerkenniens d’un jour ou d’une vie. Je voudrai ici partager avec vous le regard de celles et ceux qui ne sont pas Kerkenniens de naissance ou d’origine mais qui ont été séduits par notre bel et mystérieux archipel. Et ce faisant, ils sont devenus ainsi kerkenniens de coeur… leur chemin nous racontent en effet la magie de Kerkennah et en cela ils sont aussi kerkenniens.

Kerkennien d’origine et Kerkennien de coeur

Au gré de ces cinq années j’ai eu la chance de rencontrer les natifs et les habitants de Kerkennah mais aussi des étrangers venus pour un séjour détente ou découverte et qui depuis y reviennent, voire pour certains s’y sont installés… et d’autres encore qui n’osent pas faire le pas mais qui bientôt feront peut être le grand saut.

Je leur dédie cet article. C’est à eux que je voudrai ici rendre hommage à travers leur rencontre avec Kerkennah.

Fruits de mer et marée basse à Kerkennah

Kerkennah, terre d’accueil depuis toujours

L’histoire de Kerkennah nous raconte les illustres personnages des civilisations de Méditerranée (phénicienne, carthaginoise, romaine, musulmane, ottomane et contemporaine) venus en voyageurs ou exilés, poser l’ancre sur l’archipel. Ainsi Ulysse semble avoir rencontré Kerkennah lors de son Odysée. La Reine Didon à l’époque phénicienne en créant la grande Carthage a impulsé le cours de l’histoire de Kerkennah et les nombreux voyages de commerce, de ravitaillement ou d’exil sur l’archipel. Ainsi,le port de Borj El Hsar fondé par les phéniciens conduit au développement du commerce et de la ville de Kyrakyn. Puis lors des guerres puniques, le général Hannibal y a séjourna en 195 av JC avec sa flotte pour se rendre à la grande Syrie et Caius Julius Caesar y fit halte pendant sa guerre contre Pompée en 46 av JC.

Kerkennah, archipel de Méditerranée sera ainsi marquée par la présence punique jusqu’à l’apogée de l’empire romain qui fondera Cercina, la grande Kerkennah. Kerkennah sera alors une escale des voies commerciales maritimes méditerranéennes incontournables jusqu’à l’avènement de l’empire ottoman dont la présence turque contribuera au développement du fort de Borj El Hissar et à l’implantation des villages de la côte Sud, faisant de Kerkennah une base navale. Elle sera aussi terre d’exil pour nombre de compagnes adultères des Beys. Kerkennah deviendra ensuite une terre d’immigration en provenance du Sahel, Djerba, Libye, Italie, Grèce, Malte notamment. Elle accueillera le leader nationaliste Habib Bourguiba en 1945.

De par son histoire, Kerkennah est tantôt une terre d’accueil, tantôt une escale bienvenue, un refuge ou un havre de paix. Depuis l’aube des temps finalement cet archipel méconnu et préservé constitue un “pas-sage” pour une nouvelle vie à ses voyageurs. Comme si Kerkennah avait le pouvoir de changer la vie de ceux qui la voient avec leur cœur.

Horizon de méditerranée à Kerkennah, palmiers et flouka

Kerkennah, la légendaire terre de l’au-delà sur laquelle les âmes (re)naissent

Nous l’aurons compris, l’histoire nous enseigne que le voyageur qui rencontre Kerkennah sur son chemin de vie, devient un autre… Poser le pied sur cet archipel est le premier pas vers une nouvelle naissance, où l’âme s’épanouit.

Laissez-moi vous parler de ces voyageurs d’âme touchés par notre archipel, par sa beauté et par sa fragilité, son art de vivre et ses habitants. Certains se sont installés sur sa terre, d’autres sur le continent non loin. Pour les premiers, Régis et Catherine sont devenus inconditionnels de cette parcelle de terre entre ciel et mer en créant leur maison d’hôtes Dar El Kantara après un coup de foudre pour l’archipel. Malgré les difficultés, ils ont fait le choix de proposer un tourisme alternatif respectueux du patrimoine de l’archipel.

Pour les seconds, Jean-Louis et sa famille installés en Tunisie ont découvert Kerkennah dans les années 70 et disent y avoir passé les plus belles années de leur vie “attirés tant par le charme de la région que par la sympathie des habitants” et nous invitant à continuer à faire la promotion de ce paradis tout en respectant sa nature, sa population.” (voir notre article du 16 octobre 2013 Kerkennah voyage dans le temps). Quant à Pierre Gassin photographe, il s’est épris de Kerkennah il y a quelques années, proposant plusieurs albums des beautés de l’archipel. Il s’est installé à Sfax et développe de nombreux projets culturels et artistiques avec la volonté de préserver les savoir-faire ancestraux dans divers domaines. Il projette plusieurs collaborations pour Kerkennah afin de contribuer à sa préservation et à la valorisation raisonnée de ces richesses. Son dernier séjour (privé) en juin 2016 a été l’occasion de faire découvrir à ses parents ce havre de paix dont ils sont revenus enchantés. Pierre a immortalisé cette rencontre en cherchant à capturer à travers son objectif les secrets et la magie de Kerkennah (voir notre article du 15 juin 2016 Kerkennah dans l’objectif de Pierre Gassin).

Voyage en mer de Kerkennah

Kerkennah, ta légende est donc vraie !

Si le voyage est un chemin de vie, celui qui l’entreprend s’expose à l’inconnu et dans sa nature profonde cherche la vie bonne (en grec eudaimonia). Ainsi celui qui voyage en quittant son pays, part pour une destination qui l’appelle. Aristote disait que le bien suprême est le bonheur. Kerkennah semblerait en conserver le secret et le rend accessible à celui qui ne cherche pas l’abondance matérielle mais l’abondance d’âme. Kerkennah ne serait tu pas l’une des « Îles des Bienheureux » (Platon, Gorgias, 523b-526c) ?

Ces expatriés venus à Kerkennah pour s’y installer ou pour tracer de nouveaux horizons de leur chemin de vie nous racontent donc la véritable histoire de Kerkennah (voir l’article de Farhat Othman, 2014). Morceau de terre venu du paradis et que racontent les esprits au coucher du soleil à celui dont l’âme est prête à entendre les secrets de l’au delà, au risque de changer de vie ensuite. Kerkennah ta légende est donc vraie !

A propos de l'auteur...

Mehdi Kachouri

Si j'étais un animal… Je serais invertébré au sang bleu. Ma légende dit que je navigue entre le clair, d’une intelligence hors norme, et l’obscur du Kraken. Avec mon tri-coeur kerkennien, je suis un hypersensible qui, un jour de 2009, décide de concevoir un espace de partage dédié à cet archipel méconnu de Méditerranée pour discuter des enjeux du patrimoine des 14 îles de Kerkennah aux eaux peu profondes cristallines et fragiles. Mes 8 tentacules sont autant de passions et de valeurs qui combinent technologie numérique, photographie, gastronomie, goût du partage, exigence du sens critique, inconditionnel de la faune et de la flore, respectueux de l’héritage de mes ancêtres et de l’Histoire de notre civilisation d’Europe et d'Afrique. Ma remarquable capacité d’apprentissage et d’adaptation me permet de proposer des articles indépendants, coups de coeur ou coups de gueule, sur une gamme tentaculaire de sujets, de l’actualité aux initiatives de développement local associatif, touristique, économique, politique... de l’archipel de Kerkennah. Aimant me camoufler dans les profondeurs (bien qu’à Kerkennah il faille aller très loin des côtes pour cela !), mystérieux et plein d'humour, je propose aussi un riche éventail de recettes de cuisine traditionnelle kerkennienne à base notamment de poissons et de fruits de mer... mettant ainsi ma mascotte à l’honneur et ma philosophie en tant que fondateur, propriétaire et administrateur du site kerkenniens.com : "Essayer de toujours le faire avec le (tri)coeur » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *