shadow
Kerkennah, beat the plastic pollution
5 (100%) 1 vote
Dans notre article prĂ©cĂ©dent Kerkennah El Mezyena, Kerkennah la jolie, nous partagions un bienheureux souvenir d’enfance oĂč le plastique Ă©tait le roi incontestĂ© et bien aimĂ© de nos vies insouciantes ! Le principe de rĂ©alitĂ© nous invite Ă  quitter ce doux souvenir pour regarder en face ce qui se passe 50 ans aprĂšs les premiĂšres bouteilles plastiques arrivĂ©es par la mer. Comme un miracle ces bouteilles non dĂ©gradables nous rendaient si heureux et aujourd’hui ce plastique asphyxie la planĂšte… VoilĂ  quelques chiffres ahurissants de la pollution plastique, plastique dont l’usage a Ă©tĂ© multipliĂ© par 20 durant ces 70 derniĂšres annĂ©es !… Nous sommes tous concernĂ©s !

Quelques dizaines d’annĂ©es aprĂšs l’avĂšnement du plastique de la fin des 30 glorieuses, oĂč en sommes-nous ? Que font les enfants et leurs parents ? Si l’on regarde les quelques estimations internationales sur le plastique dans le monde, le souvenir bienheureux de l’enfant que nous Ă©tions s’assombrit dramatiquement…

Cette prise de conscience, lente et nĂ©cessaire a amenĂ© l’ONU Ă  consacrer le 5 juin de chaque annĂ©e, une journĂ©e mondiale de l’environnement. Si seulement une journĂ©e suffisait ! HĂ©las voici quelques chiffres ahurissants qui nous invitent Ă  transformer nos comportements.

Questions Réponses 
Savez-vous ce qui se passe durant la minute qui s’Ă©coule pendant que vous lisez cet article ? 1 000 0000 de bouteilles plastiques sont achetĂ©es en 1 minute ; les dĂ©chets qui se dĂ©versent dans les ocĂ©ans sont l’Ă©quivalent d’1 camion poubelle par minute.
Savez-vous combien de sacs plastiques sont utilisés par an ?500 milliards de sacs plastiques / an
Connaissez-vous le poids du “7e continent” qui flotte sur les mers et les ocĂ©ans ?269 000 tonnes de plastique, soit 5 250 milliards de particules Ă  la surface de l’ensemble des ocĂ©ans et des mers
Combien de mammifĂšres marins meurent en mer Ă  cause des dĂ©chets plastiques, chaque annĂ©e ?100 000 dĂ©cĂšs/an par ingestion, Ă©tranglement et Ă©touffement en partie par les filets “fantĂŽmes”
Combien d’oiseaux de mer sont victimes du plastique ?1 000 000 d’oiseaux meurent Ă©touffĂ©s
Quelle est la longueur des déchets plastiques mis bout à bout ?160 000 km soit 4 fois le tour de la Terre
Que se passe-t-il dans la seconde qui vient de s’Ă©couler ?100 tonnes de dĂ©chets rejoignent les mers chaque seconde dont une majoritĂ© est faite de plastique
Quelle est la part du plastique dans les déchets observés sur le littoral méditerranéen ?En Méditerranée, 70 à 80% des déchets en surface et dans les fonds marins sont en plastique ; et dans le monde, 85% des déchets sur les plages sont plastiques.
Les dĂ©chets plastiques sont-ils des transporteurs d’espĂšces invasives ?Oui, par exemple 54 espĂšces nouvelles ont Ă©tĂ© observĂ©es sur les cĂŽtes canadiennes aprĂšs le tsunami de 2011 au Japon. Ces espĂšces ont flottĂ© sur les morceaux de dĂ©chets plastiques pendant des mois.

Sources : Galgani F., Poitou I., Colasse L., (2013), Une mer propre, mission impossible ? 70 clĂ©s pour comprendre les dĂ©chets en mer, Éditions Quae ; article de Roselyne Messal dans Futura-sciences du 13/09/2018.

En repensant Ă  nos souvenirs d’enfance et de la bouteille de verre qu’il n’Ă©tait que trĂšs rarement nĂ©cessaire de racheter, nous Ă©tions enfants bien innocents Ă  l’Ă©poque ! Aurions-nous imaginĂ© cette vague dĂ©ferlante surgissant de partout recouvrir les cĂŽtes de Kerkennah mais pas seulement… Le programme “Beat Plastic Pollution” de l’ONU est un cri d’alarme pour Ă©radiquer cet envahisseur silencieux, tueur de poissons, d’oiseaux, des sols et des mers. Une menace de la biodiversitĂ© et de l’Ă©co-systĂšme dont l’Homme fait partie. Alors ? Vous ĂȘtes prĂȘts Ă  ne plus utiliser de plastique, Ă  rĂ©duire vos dĂ©chets, Ă  recycler au maximum, Ă  participer aux opĂ©rations de ramassage et de nettoyage des plages, des rues, et Ă  jeter papiers, bouteilles et autres emballages, dans vos poubelles plutĂŽt que par terre ou en mer ?

A propos de la photo de couverture… Cette photo a Ă©tĂ© prise d’un bateau. Je ne pouvais pas laisser s’échapper ce plastique pollueur et tueur, sans le ramener sur notre embarcation. Il me fallait faire un petit geste, certes, mais un geste pour ne pas laisser sombrer cette bouteille de soda dans les profondeurs des eaux de Kerkennah…. VoilĂ  une autre photo oĂč je rĂ©cupĂšre cette “indĂ©sirable” bouteille en plastique.

Plastiques : une bouteille Ă  la mer

Plastiques : une bouteille Ă  la mer

A propos de l'auteur...

Mehdi Kachouri

Si j'Ă©tais un animal
 Je serais invertĂ©brĂ© au sang bleu. Ma lĂ©gende dit que je navigue entre le clair, d’une intelligence hors norme, et l’obscur du Kraken. Avec mon tri-coeur kerkennien, je suis un hypersensible qui, un jour de 2009, dĂ©cide de concevoir un espace de partage dĂ©diĂ© Ă  cet archipel mĂ©connu de MĂ©diterranĂ©e pour discuter des enjeux du patrimoine des 14 Ăźles de Kerkennah aux eaux peu profondes cristallines et fragiles. Mes 8 tentacules sont autant de passions et de valeurs qui combinent technologie numĂ©rique, photographie, gastronomie, goĂ»t du partage, exigence du sens critique, inconditionnel de la faune et de la flore, respectueux de l’hĂ©ritage de mes ancĂȘtres et de l’Histoire de notre civilisation d’Europe et d'Afrique. Ma remarquable capacitĂ© d’apprentissage et d’adaptation me permet de proposer des articles indĂ©pendants, coups de coeur ou coups de gueule, sur une gamme tentaculaire de sujets, de l’actualitĂ© aux initiatives de dĂ©veloppement local associatif, touristique, Ă©conomique, politique... de l’archipel de Kerkennah. Aimant me camoufler dans les profondeurs (bien qu’à Kerkennah il faille aller trĂšs loin des cĂŽtes pour cela !), mystĂ©rieux et plein d'humour, je propose aussi un riche Ă©ventail de recettes de cuisine traditionnelle kerkennienne Ă  base notamment de poissons et de fruits de mer... mettant ainsi ma mascotte Ă  l’honneur et ma philosophie en tant que fondateur, propriĂ©taire et administrateur du site kerkenniens.com : "Essayer de toujours le faire avec le (tri)coeur » !

Comments

  1. Assia    

    En tant qu’ Ăźles nous recueillons pas mal de plastique et de saletĂ© rejetĂ©s par la mer, mais l’essentiel disons la majoritĂ© du plastique provient des pĂȘcheurs de l’Ăźle qui utilisent des bouteilles pour marquer leurs filets de pĂȘche, sans oublier les vacanciers qui ne se gĂȘnent pas de laisser sur les plages les restes de leurs repas et de leurs beuveries.

    1. Mehdi Kachouri    

      Assia, tu as raison de mettre en lumiĂšre certains points importants de ce dĂ©sastre… Mais Ă  mon avis il s’agit d’un problĂšme collectif et ceci vise l’ensemble des personnes. Pointer du doigt telle ou telle pratique apporte peu de solutions concrĂštes. Au contraire essayer de penser et d’agir avec un intĂ©rĂȘt collectif et faire en sorte que lorsqu’on observe un lieu qui demande notre intervention on le fait sans attendre des MERCIS. On m’a toujours dit qu’entre kerkenniens on ne dit pas Merci alors j’agis sans rien attendre en retour.

  2. A.Ben arfa    

    Est ce que vous ĂȘtes au courant que les nasses, la fameuse eddrina est en plastic maintenant et que les fonds marins autour de kerkennah sont parsemĂ©s de ses dĂ©chets, la production de nasse Ă  base de produits naturels est en phase de disparition, que faire ? Le palmier est lui mĂȘme menacĂ© de disparaĂźtre.
    Pour ce problĂšme grave du plastic qui menace directement notre santĂ© et pour bien d’autres problĂšmes de pollutions et de dĂ©gradation des ressources naturelles de de notre Ă©cosystĂšme insulaire que nous rencontrons sur notre Ăźle, les solutions peuvent ĂȘtre trouvĂ©es mais certaines de solutions ne peuvent ĂȘtre efficaces qu’à travers une PRISE DE CONSCIENCE des problĂšmes, des dangers, des impacts par l’ensemble des catĂ©gories sociales, professionnelles, et surtout des enfants et adolescents.
    Les maĂźtresses et maĂźtres d’écoles, les profs de collĂšge et lycĂ©e doivent en parler , cadrer certaines matiĂšres et certains cours pour Ă©tudier ces phĂ©nomĂšnes qui menacent l’üle

    1. Mehdi Kachouri    

      A.Ben arfa, j’ai hĂ©sitĂ© Ă  faire un article sur ce phĂ©nomĂšne qui s’est dĂ©multipliĂ© avec les nouvelles gĂ©nĂ©rations de pĂȘcheurs. Ils prĂ©fĂšrent avoir des “drinas” rapidement et pas prendre le temps d’utiliser la nature comme le faisait par exemple mon grand pĂšre. On ne peut pas leur jeter la pierre car ceci est aussi un moyen Ă©conomique d’obtenir rapidement une Marka de poissons (Soupe de poissons) et nourrir leurs familles. Je connais un pĂȘcheur qui n’as que ce mode de pĂȘche Ă  sa disposition et qui essaie tant bien que mal de survivre et faire vivre sa famille…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *