shadow

Patrimoine Kerkennien en péril : Découverte macabre du Borj El Hassar (Borj EL Hsar) tagué

Kerkennah est une destination touristique mais aussi archéologique. Elle est riche de la traversée de multiples civilisations (voir notre page dédiée au circuit archéologique proposé par Kerknniens). Ces trésors parsemés sur l’archipel souffrent pourtant d’une indifférence face à la destruction silencieuse d’un patrimoine en péril. Nous partageons avec vous, une macabre découverte de Borj El Hassar, dans un des lieux qui nous transportent à chaque fois dans l’univers de l’époque antique.

Patrimoine de Borj El Hassar : étape archéologique sacrée de l’empire ottoman

Une joie profonde nous envahit à chaque retour à Kerkennah. De la traversée jusqu’à l’arrivée au port de Sidi Youssef, le chemin en mer est comme un fil d’or que l’on tisse vers cette destination de plénitude. Parmi les nombreux lieux de l’archipel qui nous transportent dans cet espace de béatitude, il y en a un que nous affectionnons singulièrement. Il représente une étape archéologique sacrée de l’empire ottoman.

Le joyau du fort Ottoman et de la ville aquatique phénicienne : un espace temps suspendu de l’histoire kerkennienne

Connaissez vous le site archéologique fort EL Assar ? Nous ne vous compterons pas toute l’histoire de ce fort. Pour cela consultez notre page Histoire de Kerkennah. Mais soulignons un point important. Ce site est un joyau précieux du patrimoine historique de Kerkennah. Fouler les terres sur lesquelles repose ce fort c’est écouter l’histoire qu’il protège. A travers ses pierres, ses murs et ses marches qui nous invitent en surplomb de la mer et des invasions pirates, nous entendons les grands navigateurs ottomans venus d’Orient, protéger l’archipel des invasions italiennes, siciliennes ou espagnoles durant le XVIIe siècle. Au pied du fort quelques siècles auparavant, les mosaïques et les ruines de la cité phénicienne gardent en secret les murmures de la première ville Kyrakyn de Kerkennah.

Comment ne pas être ému lorsque vous pénétrez dans cet espace où le temps est suspendu. Le fort El Hassar, fièrement érigé sur une petite colline, offre une vue panoramique sur les environs. De forme rectangulaire avec des murs épais et des tours de défense aux angles, il veille sur l’archipel. L’architecture du fort reflète le style militaire ottoman de l’époque, montrant sa puissance face à l’envahisseur venu de la mer.

Un patrimoine supposé être restauré

Au fil du temps, le fort El Hassar a été rénové et restauré afin de préserver son patrimoine et son caractère unique. Toutefois, aujourd’hui, le fort Borj El Hassar est ouvert aux visiteurs. Il constitue une attraction touristique majeure de l’île de Kerkennah. Les visiteurs peuvent explorer les différentes parties du Borj El Hsar, admirer l’architecture et profiter de la vue imprenable sur l’archipel. Ce monument historique est un témoignage de l’histoire mouvementée de la région. Il offre aux visiteurs une opportunité unique de plonger dans le passé et d’apprécier le patrimoine culturel de Kerkennah.

Dans la perspective de la préservation de ce patrimoine immatériel et matériel, le ministère des Affaires culturelles est responsable de la préservation du patrimoine en Tunisie. En janvier 2020, les pouvoirs publics ont annoncé des travaux de restauration du site archéologique de Borj El-Hassar à Kerkennah (Gouvernorat de Sfax). Où en est-on aujourd’hui ?

Borj El Hsar de Kerkennah : un patrimoine en péril

Le Borj El Hassar est le seul vestige historique de l’île situé sur la côte occidentale, près de Sidi Frej. Et pour cause, en relisant l’histoire qui l’a fait surgir des terres kerkenniennes on comprend son importance. Entre destruction par le temps qui s’écoule et détérioration par l’activité anthropique, ce patrimoine nous livre une macabre réalité. Ce patrimoine précieux est en péril.

Un patrimoine menacé par une restauration approximative, bricolée

Malgré sa singularité, les restaurations que nous pouvons constater sont assez sommaires. Elles témoignent d’un patrimoine matériel et immatériel en péril. Observons ensemble le bricolage de la restauration avec un ciment de consolidation deci-delà.

Urgence à Fort El Hassar : Consolidation mur XVIIe siècle avec ciment gris moderne

Urgence à Fort El Hassar : Consolidation mur XVIIe siècle avec ciment gris moderne

Ciment gris moderne pour réparation d'une bâtisse ancienne avec fenêtre du 17ème siècle

Ciment gris moderne pour réparation d’une bâtisse ancienne Borj El Hsar (Fort El Hassar)

Détérioration de la cour intérieure du Fort EL Hassar, vestige non sauvegardé du XVIIe siècle

Détérioration de la cour intérieure du Fort EL Hassar, vestige non sauvegardé du XVIIe siècle

L’œuvre du temps sur un vestige du XVIIè siècle non sauvegardé, cour intérieure détériorée du Fort EL Hassar (Borj El Hsar)

Un patrimoine en péril dégradé par la main de l’homme : macabre réalité et spectacle de désolation

Paradoxe de la nature humaine ! L’homme est aussi capable de créer que de détruire. Le fort El hassar (Borj Hsar) est une preuve qui traverse le temps. Ce vestige en péril tente de résister aux agressions modernes du passage des visiteurs. Les murs intérieurs et extérieurs du fort du XVIIe siècle sont recouverts tristement de nombreux tags. Des actes sans scrupules. La pierre détériorée, les murs jonchés de graffitis offrent un spectacle de désolation.

 Désolation et dégradation d’un précieux patrimoine : Témoignage macabre de la main de l’homme

Fort El Hassar (Borj El Hsar), restauration à base de tuyau en PVC que les ottomans ignoraient ! Respect du patrimoine ancien

Fort El Hassar (Borj El Hsar), restauration à base de tuyau en PVC que les ottomans ignoraient ! Respect du patrimoine ancien

Fort El Hassar (Borj El Hsar) taggé à la pierre, péril de l'histoire ottomane et maritime du seul et unique fort de la côte ouest Sidi Frej

Fort El Hassar (Borj El Hsar) taggé à la pierre, péril de l’histoire ottomane et maritime du seul et unique fort de la côte ouest Sidi Frej

Ignorant l’histoire et la préservation, l’agresseur détruit le Fort El Hsar, autrefois protégé par des portes cadenassées

Des portes en bois ont été rajoutées et cadenassées. On devine aisément l’objectif. Il s’agit de préserver les pièces du fort El Hsar dont le sol est en terre et les murs en pierres. Malheureusement, ces protections sont détruites. C’est comme si l’interdit devait être bravé au nom d’une liberté qui ignore l’histoire. Les pièces profanées font office de dépotoir. Et pourtant, imaginons… Ces navigateurs venus d’Orient, surveiller les mers de ces fenêtres exiguës et protéger Kerkennah de l’agresseur. Ironie du sort, plus de trois siècles plus tard, l’agresseur détruit le fort.

Cadenas et serrures de protection des espaces intérieurs du Fort El Hassar (Borj Hsar), destruction gratuite

Cadenas et serrures de protection des espaces intérieurs du Fort El Hassar (Borj Hsar), destruction gratuite

Détérioration des protections installées pour préserver les pièces intérieures du Fort El Hassar (Borj Hsar), non respect du patrimoine kerkennien

Détérioration des protections installées pour préserver les pièces intérieures du Fort El Hassar (Borj Hsar), non respect du patrimoine kerkennien

 

Nous découvrons cette macabre réalité lors de notre passage le 31 mai 2023 en fin de journée printanière. Elle montre le péril du patrimoine de Kerkennah. Riche de plusieurs siècles ce site réunit Phéniciens et Ottomans. L’œuvre du temps oblige les pouvoirs publics à restaurer ces témoins de l’histoire des civilisations. Il s’agit là d’un véritable héritage aujourd’hui de l’archipel de Kerkennah. Il est regrettable de constater la détérioration volontaire, ou par ignorance, de ces vestiges qui racontent nos ancêtres. Si certains n’en étaient pas encore convaincus, l’éducation est une priorité politique de toute nation consciente d’elle même et de son passé. L’éducation au respect de l’histoire est un précieux atout de valorisation des richesses de nos territoires ancestraux. Bourguiba l’avait si bien compris. Et sur Kerkennah nous pensons à notre ami Feu Mounir Zalila et à sa famille pour qui l’éducation est à la source de l’éveil de nos consciences.
 Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

A propos de l'auteur...

Mehdi Kachouri

Fondateur du site, Kerkenniens dans l’âme et passionné des iles de Kerkennah. Sans trop de chichi ni de paillettes, j’ai ouvert cet espace car depuis son origine, je souhaite pointer les beautés mais aussi les désastres de Kerkennah. Je vous invite à me suivre dans mes échanges si vous le souhaitez.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *