shadow
Kerkennah je me souviens
5 (100%) 2 votes
Partageons ici la confidence d’un Kerkennien pour son archipel tant aimĂ©.

Belles Iles de Méditerranée

Je me souviens de ce temps oĂč les grandes dames prenaient leur panier pour ramasser les dĂ©chets et remplir des poubelles.
Elles Ă©taient belles ces dames kerkenniennes…
Je me souviens de ces cĂŽtes et de ces palmiers magnifiques aux crĂȘtes aĂ©riennes.
Je me souviens de ces sebkhas, joyaux des plateaux qui font la beautĂ© de l’archipel.
Sans un sac, sans carcasse métallique, sans gravas déposés.
Je me souviens de ces bords de plage sans risque de se blesser aux pieds
Hormis les rochers et les coquillages par le courant, bercés.

Promenez-vous aujourd’hui sur Kerkennah et savourez…

Le long de ses plages et sebkhas
Devenues de sauvages déchetteries.
Parmi les bidons plastiques et autres cochonneries,
Boites de conserves coupées, planches de bois et clous rouillés, sacs poubelle jetés
Parmi les cadavres de tortues et palmiers presque centenaires brĂ»lĂ©s, coupĂ©s, jetĂ©s…
Je me souviens de Kerkennah,
Du respect, du vivre ensemble, de la tolérance, et de ton hospitalité.

A propos de l'auteur...

Mehdi Kachouri

Si j'Ă©tais un animal
 Je serais invertĂ©brĂ© au sang bleu. Ma lĂ©gende dit que je navigue entre le clair, d’une intelligence hors norme, et l’obscur du Kraken. Avec mon tri-coeur kerkennien, je suis un hypersensible qui, un jour de 2009, dĂ©cide de concevoir un espace de partage dĂ©diĂ© Ă  cet archipel mĂ©connu de MĂ©diterranĂ©e pour discuter des enjeux du patrimoine des 14 Ăźles de Kerkennah aux eaux peu profondes cristallines et fragiles. Mes 8 tentacules sont autant de passions et de valeurs qui combinent technologie numĂ©rique, photographie, gastronomie, goĂ»t du partage, exigence du sens critique, inconditionnel de la faune et de la flore, respectueux de l’hĂ©ritage de mes ancĂȘtres et de l’Histoire de notre civilisation d’Europe et d'Afrique. Ma remarquable capacitĂ© d’apprentissage et d’adaptation me permet de proposer des articles indĂ©pendants, coups de coeur ou coups de gueule, sur une gamme tentaculaire de sujets, de l’actualitĂ© aux initiatives de dĂ©veloppement local associatif, touristique, Ă©conomique, politique... de l’archipel de Kerkennah. Aimant me camoufler dans les profondeurs (bien qu’à Kerkennah il faille aller trĂšs loin des cĂŽtes pour cela !), mystĂ©rieux et plein d'humour, je propose aussi un riche Ă©ventail de recettes de cuisine traditionnelle kerkennienne Ă  base notamment de poissons et de fruits de mer... mettant ainsi ma mascotte Ă  l’honneur et ma philosophie en tant que fondateur, propriĂ©taire et administrateur du site kerkenniens.com : "Essayer de toujours le faire avec le (tri)coeur » !

Comments

  1. Mounir ZALILA    

    Je me souviens Ă©galement que sitĂŽt la fin des classes arrivĂ©e, une des barques disponibles Ă  Chott El Kreknah Ă©tait chargĂ©e de provisions et nous avec, direction Ouled Yaneg. On savait alors quant on partait avec l’incertitude du temps nĂ©cessaire que mettrait la traversĂ©e/ 3 heures, 10 heures? Le vent seul pouvait dĂ©cider. Mais que c’Ă©tait agrĂ©able. Une fois par calme plat, sans vent aucun, nous avions pris,un bain en plein “HaĂŻ” et puis que c’Ă©tait amusant de voir ces dauphins venir nous saluer.
    ArrivĂ© au village de Ouled Yaneg, toute la famille nous attendait alors sur le rivage. Parfois une barque sortait pour aller Ă  notre rencontre. Je n’ai jamais su comment il Ă©tait possible de reconnaĂźtre une barque pointant Ă  l’horizon: “Tiens je vois la barque d’untel qui arrive” venait annoncer un proche Ă  la famille et tous sortaient.
    Je me rappelle alors cet accueil des plus chaleureux des membres de la famille qui rĂ©sidaient ‘Ă  plein temps’ dans l’Île et de ces embrassades qui n’en finissaient pas.
    Je me souviens de ces boissons de bienvenue que l’on nous servaient; du cafĂ© au lait “NestlĂ©” moitiĂ© lait moitiĂ© cafĂ© ou ces verres d’orgeat dont on ne savait s’il n’y avait pas plus d’orgeat que d’eau tellement c’Ă©tait sucrĂ©. C’Ă©tait la maniĂšre d’exprimer sa gĂ©nĂ©rositĂ©.
    A cette Ă©poque, je me souviens, nous n’avions ni eau courante ni lumiĂšre, ni radio, ni route, ni hĂŽtel ni touriste, ni vol, ni haut parleur Ă  l’heure de la priĂšre. Le transport rapide c’Ă©tait le vĂ©lo, le mulet, la charrette et la barque Ă  voile!
    Le temps semblait s’ĂȘtre arrĂȘtĂ© tellement il Ă©tait doux.
    Nous Ă©tions heureux, libres et insouciants.

    1. Mehdi Kachouri    

      Mounir, merci pour ce superbe tĂ©moignage… Un saut dans le passĂ© qui fait du bien et nous transporte dans ton enfance douce et heureuse… Nous sommes nombreux Ă  avoir eu la chance de connaitre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *