shadow
5/5 - (3 votes)
Dans l’article “Histoire du Crabe Bleu de Kerkennah“, Chapitre 1. Portunus Cauchemar du littoral, nous vous prĂ©sentions Portunus, le crabe bleu qui fait les pire cauchemars de la mĂ©diterranĂ©e et de ses fonds marins. Dans ce nouveau chapitre, nous vous proposons un petit conte lĂ©gendaire qui, espĂ©rons-le, ne vous laissera pas indiffĂ©rent.

Il Ă©tait une fois ZoĂ©, “La star bleue indestructible” et la chaine alimentaire

Il Ă©tait une fois un bateau en provenance des ocĂ©ans qui accosta sur le port de Sfax. Il fit le chargement et naturellement vida ses ballasts au fur et Ă  mesure afin de stabiliser les opĂ©rations. Les crabes transportĂ©s dans ces rĂ©servoirs depuis de longues semaines venus des ocĂ©ans indien et pacifique, ont eu le temps de pondre des Ɠufs sur leur abdomen et une fois matures, le parent hĂŽte, les libĂšre donnant ainsi naissance Ă  une larve appelĂ©e ZoĂ©.

ZoĂ©, fille hĂ©ritiĂšre de notre Portunus segnis (crabe bleu) se faufila dans les ballasts pour y voyager et ĂȘtre libĂ©rĂ©e, de port en port, et ici dans le port de Sfax…. Vous connaissez la suite, l’invasion des crabes bleus devint une vraie opportunitĂ© pour ceux qui on su la saisir, propulsant les exportations de chair de crabe convoitĂ©e en Asie et dans le Golfe tout en dĂ©truisant tout sur son passage dans les fonds marins !

Conclusion de cette histoire : Merci Darwin !

Cette petite histoire est racontĂ©e par plusieurs pĂ©cheurs de Kerkennah. Comme un conte lĂ©gendaire, elle nous apporte un message essentiel. Il s’agit de comprendre comment ce crabe bleu a pu arriver dans le golf de Hammamet et envahir peu Ă  peu l’espace mĂ©diterranĂ©en, de Tunisie en Italie, jusqu’au dĂ©troit de l’Ebre en Espagne ou sur les cĂŽtes mĂ©diterranĂ©ennes de France, au point que l’Union europĂ©enne et les chercheurs engagent des actions avec les pĂȘcheurs et les autoritĂ©s locales pour comprendre le phĂ©nomĂšne et en juguler les effets dĂ©lĂ©tĂšres (voir notre article Festival des crabes bleus Ă  Kerkennah).

Cela ne serait aucunement problĂ©matique si l’Ă©cosystĂšme pouvait absorber les effets de sa prĂ©sence et de son dĂ©veloppement…. Le coeur du sujet est ainsi posĂ© ! La majoritĂ© de ses prĂ©dateurs, en charge de cet Ă©quilibre, n’est pas prĂ©sente en mĂ©diterranĂ©e et notamment dans le golf de GabĂšs ! Plus exactement ses prĂ©dateurs naturels, comme le poulpe est pĂ©chĂ© Ă  tort et Ă  travers, en saison et hors saison, rĂ©duisant son impact, pourtant central, dans la chaine alimentaire. RĂ©sultat logique, Portunus prolifĂšre et devient pratiquement indestructible, dĂ©truisant quant Ă  lui la chaine alimentaire locale.

Lorsque les pĂ©cheurs ont vu ce crabe dans leurs nasses et leurs filets dĂ©chiquetĂ©s, mangeant de plus en plus tout sur leur passage, c’est avec beaucoup d’humour et de “maktoub” qu’ils lui ont donnĂ© le nom de Daech…. VoilĂ  une explication comme une autre de la dĂ©couverte et de la notoriĂ©tĂ© de ce crabe bleu venu d’un autre ocĂ©an, venu de loin, par l’entremise de l’activitĂ© de l’Homme loin d’ĂȘtre conscient de l’impact de ses agissements.

Maintenant, nous savons. L’ignorance a un coĂ»t Ă©levĂ©, alors Ă©duquons sous toutes les formes, de 7 Ă  77 ans ! Et pour vous qui lisez de 7 ans Ă  … Voici un petit jeu interactif sur les iles Galapagos qui d’une certaine maniĂšre, parle pour sa petite sƓur, l’archipel de Kerkennah. Vous pourrez y dĂ©couvrir les espĂšces endĂ©miques et ce lieu qui fit de Darwin, l’un des penseurs brillants de l’interdĂ©pendance, de l’adaptation et de l’Ă©cosystĂšme !

Comment Portunus devint Fortunus

A toute chose malheur est bon” dit le dicton ! Et bien, aprĂšs 13 annĂ©es de prise de conscience (lente) par les institutions internationales, puis aprĂšs 4 annĂ©es de constat alarmant sur le littoral mĂ©diterranĂ©en et Ă  Kerkennah, les choses bougent.

Scientifiques, observateurs, acteurs politiques et pĂȘcheurs intĂšgrent la perturbation de l’Ă©cosystĂšme par Portunus et par voie de consĂ©quence semblent rĂ©tablir, ensemble, un certain Ă©quilibre. Devenu si envahissant, la question de sa valorisation s’est faite jour. En bien ou en mal, Portunus devient Fortunus ! Regardez cette vidĂ©o sur la coopĂ©ration Franco-tunisienne pour valoriser Portunus et profitez aussi de la belle prĂ©sentation de la spĂ©cificitĂ© de l’archipel !

FormĂ©s Ă  ce nouvel eldorado de la mĂ©diterranĂ©e, les pĂ©cheurs investissent dans des nasses polyvalentes pliantes, plus efficaces pour attraper la star bleue. Ce matĂ©riel adaptĂ© est subventionnĂ© via une aide financiĂšre de l’État tunisien incitant ainsi les pĂȘcheurs initialement victimes de Portunus, Ă  en pĂȘcher autant que possible, chaque aide Ă©tant calculĂ©e Ă  partir de chaque kilo pĂȘchĂ© et vendu.

Mais c’est toute une chaine de valeur qui s’adapte. En effet, une fois pĂ©chĂ©, la star bleue des mers est prise en charge par des usines de congĂ©lation pour l’export car la demande asiatique et vers le Golfe, pour sa chair fine et riche en protĂ©ines, est une opportunitĂ© commerciale qui ne peut que rĂ©pondre aux enjeux Ă©conomiques de la pĂȘche tunisienne et kerkennienne. Ainsi selon le ministĂšre de l’Agriculture, en 2018, ce sont plus de 1.500 tonnes de crabes pĂ©chĂ©s, pour une valeur de 9 millions de dinars qui redonne le sourire aux assiettes de crustacĂ©s. MĂȘme si le continent tunisien semble moins enclin Ă  en consommer, les villes cĂŽtiĂšres et les pays Ă©trangers en sont friands ! Qu’Ă  cela ne tienne des investisseurs Ă©trangers et des cuisiniers passionnĂ©s font de cette star bleue, un met d’exception !

Souhaitons que la leçon soit vĂ©ritablement tirĂ©e de cette expĂ©rience pour prĂ©server l’Ă©cosystĂšme marin et permettre aux poulpes comme aux poissons et aux crabes de poursuivre leur existence en harmonie et l’homme avec eux, ni plus ni moins.

Et terminons par cette image du farniente kerkennien, un soir entre amis, aprĂšs une journĂ©e de pĂȘche, autour d’une biĂšre et d’un peu de chair de crabe cuit Ă  l’instant sur le kanoun… Ainsi est la vie kerkennienne !

Quelque chose Ă  ajouter ? Dites-le en commentaire.

A propos de l'auteur...

Mehdi Kachouri

Fondateur du site, Kerkenniens dans l’ñme et passionnĂ© des iles de Kerkennah. Sans trop de chichi ni de paillettes, j’ai ouvert cet espace car depuis son origine, je souhaite pointer les beautĂ©s mais aussi les dĂ©sastres de Kerkennah. Je vous invite Ă  me suivre dans mes Ă©changes si vous le souhaitez.

Comments

  1. Pierre Gassin    

    D’aprĂšs le documentaire l’export du crabe est favorisĂ© par l’état mais la pĂȘche se fait principalement au kis (chalut) illĂ©gal. Ces grands filets dĂ©truisent les fonds marins et notamment la posidonie, herbe indispensable Ă  la MĂ©diterranĂ©e. C’est la source principale de la disparition des poissons locaux. Triste.

    1. Mehdi Kachouri    

      Merci, Pierre, pour ces Ă©claircissements sur le Crabe Bleu !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.