shadow
shadow
Qui n’a pas déjà rêvé d’une île bordée de mille palmiers ? De plages infinies caressées d’une eau cristalline ? Ne vous êtes vous jamais surpris à vouloir contempler ces levers et couchers de soleil qui offrent les plus beaux spectacles de sérénité ? Se lever le matin au rythme d’un soleil déjà bien chaud, sans rien à penser et le soir gouter ses derniers rayons qui caressent l’horizon… en savourant la plénitude de l’instant.

Habiter sur une île… Rêve, cauchemar ou acte délibéré ?

Bien sûr que ces clichés nous traversent l’esprit, il suffit d’un embouteillage, d’un raz le bol professionnel, d’une pression trop forte et hop ! Pour quelques minutes ou quelques jours, une évasion délicieuse pour recharger ses batteries…

Mais en vérité, ce rêve si vous pouviez le réaliser…. que choisiriez-vous ? Rester ou partir ?

Car une île, pour quelques jours vous seriez prêt à faire votre valise sans aucun doute ! Mais pour toute une vie ?

…Fini les rues traversées de piétons pressés, préoccupés perdus dans leurs pensées, bousculés par les voitures et les deux roues.. finies les boutiques qui s’enchainent et vantent chacune leurs plus beaux atouts… vêtements, chaussures, linge, meubles, boulangerie, épicerie, librairie… Fini l’embarras du choix du salon de coiffeur le plus en vogue, des pâtisseries bien tentantes, des halles remplies de légumes, de poissons et de préparations des quatre coins du monde et… du terroir…

Maison ancienne Ouled Bou Ali Kerkennah - Tunisie

Oubliez le salon de massage, celui qui en fin d’une semaine trop chargée vous apporte la détente à défaut de vous détendre par vous même…Oubliez aussi l’enthousiasme du choix de dernier film controversé, de la discussion entre amis en sortant du cinéma d’art et d’essai ou du diner pour discuter du programme du théâtre, concert ou opéra du mois… et du dernier bouquin signé d’un auteur vénéré des médias…

Choisir une vie insulaire, c’est renoncer à l’abondance, à l’excès, à la profusion d’une vie urbaine, mondaine, stimulante pour les envies compulsives, pour nourrir l’ego par les dernières chaussures parues dans les pages de pub qui font ces magazines de mode.

Au mieux, sur une ile, vous aurez les boutiques essentielles, la terrasse de café qui fait aussi office de place du samedi soir, au bord de l’eau sur le sable encore chaud. Vous vous lèverez tôt au rythme du soleil pour aller choisir le plus beau des crustacés et le poisson ramené de la mer par votre ami pécheur. Vous vous régalerez à l’idée de préparer votre salade préférée avant la forte chaleur qui s’annonce. Vous aurez le programme des associations culturelles et sportives déterminées à vous proposer les festivals de la saison d’été. Vous soutiendrez peut être les plus motivés venus du continent participer aux tournois et démonstrations de sports d’eau et de plage, dans la joie simple et partagée. Vous planifierez vos dimanches pour apprécier l’artisanat et les musiques locales… Et chaque soir, au calme de la brise du soleil couchant, enrobé des parfums d’une journée ensoleillée qui s’achève, vous marcherez les pieds nus au bord de l’eau, le regard perdu à l’horizon, dans un calme familier…

Patrimoine de Kerkennnah - Ouled Bou Ali Tunisie

Le fracas de la ville et son éternel rugissement

Vous pourriez alors vous surprendre à repenser aux rues bruyantes et animées, aux terrasses de café à la sortie du ciné, à cette liste de course interminable qui vous faisait déambuler des heures dans ces hypermarchés de la grande consommation…. vous vous surprendriez alors à vous imaginer, épuisé de votre semaine de 50h… 50h de stress cumulé et de quelques satisfactions professionnelles… semaine à peine terminée, vous pensez déjà à votre agenda de la semaine qui vient, laquelle vous promet un rythme effréné qui mérite bien un rendez vous pour un massage détente-sérénité….on est samedi… vous décrochez des écrans du dernier smartphone, après avoir commandé votre dernier drive pour remplir le réfrigérateur, faire deux boutiques au pas de course car il faut aussi préparer les dossiers des prochaines réunions dont vous savez qu’il n’en sortira pas grand chose…

Excitation d’une vie trépidante incomparable à la vie du bord de mer aux mille palmiers aux plages infinies caressées d’une eau cristalline, embrasées de ces éternels levers et couchers de soleil partagés… Vivre au rythme urbain des mégapoles sur développées ou se détacher du monde moderne….
Passer quelques jours sur une ile ou tout quitter ? Choisir le calme, la simplicité, l’humilité ou la vitesse, le foisonnement et les prouesses d’une vie sociale riche et égo-centrée ?

Ouled Bou Ali un autre temps

Monotonie de la vie insulaire contre authenticité …

Question de choix de vie, vous l’aurez compris ! L’audace de la critique de la vie sur une île est précieuse pour savoir pourquoi on décide de venir y habiter…
Etre soi-même sans superficialité, goûter chaque instant qu’offre la qualité d’une vie simple sans superflu, prendre de la distance avec la vie urbaine, mondaine, hautaine, et qui nous éloigne tant de nous-mêmes…

Marabout Sidi Said Ouled Bou Ali Kerkennah Tunisie

Alors pourquoi ne pas s’interroger sur la vie bonne qu’elle soit sur une île ou dans une grande ville ? N’est ce pas d’abord aimer se lever chaque matin en regardant l’horizon, en respirant l’air épuré pendant la nuit, s’émerveiller du coucher de soleil et partir travailler en remerciant chaque jour la nature pour ce qu’elle nous offre sans retour… et alors à ce moment là, se dire que la vraie vie, la vie bonne est sous nos yeux…

Kerkennah je viendrai à toi… pour ne plus te quitter…

Comments

  1. Moncef    

    Que de bons souvenirs de ouled bou Ali, un voyage dans le temps et ma mémoire qui me fait revivre une période fort agréable d’un temps passé. Merci. Pour ce voyage rétrospective

    1. Mehdi Kachouri    

      Bonsoir Moncef, Je suis content de voir que cet article vous transporte en voyage avec un atterrissage en douceur sur les îles de Kerkennah. Au plaisir de vous lire prochainement ,-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *